Pourquoi ce nom Miss Buffet Froid ?

Moi :
« Bonjour, je suis Miss Buffet Froid »

Mon interlocuteur :

C’est tout le temps le même scénario ! Je dis mon nom et zou ! J’ai droit à plein de têtes complètement perdues ! S’en suit alors des « Mais pourquoi ce nom Miss Buffet Froid? » ou encore  » Mais vous êtes traiteur ou photographe ? ».

A vrai dire, ça m’amuse. À discerner ces regards déconcertés quand je dis mon nom, ces réactions gênées ou dubitatives, je me dis que ce pseudo me va incontestablement à la perfection. Il est à la fois polysémique et complètement décalé. Je trouve qu’il incarne à merveille mon envie de jeter aux ordures les petites cases qui m’ont pourri la vie depuis 1978. Comble du hasard, c’est mon année de naissance et  l’année de réalisation du film « Buffet Froid » de Bertrand Blier.

Alors oui ! Je mets fin au suspense tout de suite ! Tadammmmm ! Le nom « Miss Buffet Froid » ne vient pas d’un amour fou des piques niques mais bel et bien du film de Bertrand Blier. 

Pour la petite histoire … 

La musique est pour moi TRÈS TRÈS TRÈS importante, je la compare souvent au grand Amour : papillons dans le ventre, chair de poule… Oui, bon, en l’occurrence, la musique en question qui me colle des papillons, c’est le métal. AH AH AH ! ça y est vous refaites la même tête que tout à l’heure ?

Ado, je voulais rentrer dans le milieu de la musique. J’ai d’abord essayé de chanter dans un groupe de métal… Mais j’ai été refoulée de toutes parts. Non pas parce que je ne savais pas chanter (personne ne m’a entendu chanter) simplement parce que j’étais une fille et que c’est bien connu « les filles, ça ne fait que du Cranberries, nous on veut du brutal, pas du rock de fillettes  » (sic).

Qu’à cela ne tienne, j’ai mis alors toute mon énergie à prouver qu’à 16 ans, je pouvais être aussi « brutale » que n’importe quel « bonhomme ». J’ai mis du temps, mais j’ai fini par réussir à faire ma propre émission de radio 100% métal sur « Contact FM » à Carcassonne. En quelques mois à peine, et contre toute attente mon émission « Les Fleurs du Métal » a plutôt bien marché. Je me souviens même que certains auditeurs me demandaient de passer moins de musiques brutales.  AH AH AH AH !

3 ans plus tard, à Montpellier pour mes études d’audiovisuel, je n’ai jamais voulu lâcher la radio, et j’ai fini par atterrir à Radio France Bleu Hérault, … Ce fut une expérience incroyable, hyper formatrice, j’y ai réalisé une petite chronique culturelle pendant 3 ans. J’ai même réussi à faire passer un morceau de Sepultura à une heure de grande écoute (bon, ok c’était Kaiowas, beaucoup plus facile d’accès, mais je suis pas non plus suicidaire! Faut y aller en douceur 😉  ).

Buffet Froid est née… 

Avec des collaborateurs nous avons alors décidé de créer notre propre radio, on a réussi à avoir notre propre fréquence temporaire pour monter Radio Campus Montpellier (en 2000). Forcément, je me suis fait, aussi, un peu plaisir en réalisant une émission de métal dans laquelle je mixais des sons de films (oui parce que ma deuxiéme passion dans la vie c’est le cinéma).

C’est un peu là que tout a vraiment commencé.

Je voulais un nom spécial pour cette émission, à la fois festif, mais aussi glacial, quelque chose de brut de décoffrage,paradoxal et qui envoie du pâté si je puis dire ! Je voulais aussi un nom de film. J’ai alors pris mes bouquins de fac, et un peu au hasard mon doigt est tombé sur ce film « Buffet Froid ». C’était juste parfait ! Le nom m’a tout de suite plu. J’aimais sa polyvalence, son ambiguïté. C’était exactement ce que je recherchais.

Rapidement, j’ai commencé à faire de la promo pour cette émission radio, en réalisant des soirées dans un bar métal et goth de montpellier (la tragedia d’ell arte, rue des écoles laïques, bar qui a fermé en 2001 je crois). Pour la première campagne de com dans ce bar, le gérant me dit :  » On met quoi comme nom ? DJ Buffet Froid ? « . Moi : « Ouais, heu, non, je suis pas vraiment un DJ hein, je fais du pousse disque ! Mets juste Buffet Froid, ça ira ».

A partir de ce moment, j’ai commencé à utiliser ce nom partout. En soirée, à la radio, et surtout sur internet… Et là quelle ne fut pas ma surprise !

Sur internet, j’avais ce pseudo « Buffet Froid », on me prenait souvent pour un homme… 

Je remarquais sur internet, que les échanges n’étaient carrément plus du tout les mêmes selon qu’on croyait que j’étais une femme ou un homme. Je crois que j’ai compris à cette période la différence concrête entre être une femme et être un homme dans le monde du travail. Ce fut une découverte ahurissante et vraiment majeure dans ma vie. Du coup j’ai gardé ce nom partout, tout le temps.

Et le film « Buffet Froid » ? 

J’avoue… j’ai vu le film de Bertrand Blier un peu après l’avoir choisi (je ne l’avais pas vu jusqu’alors). Lors du visionnage ce fut, un vrai choc. Car il ne pouvait pas y avoir de film aussi fou, décalé, noir et aussi drôle. J’étais complètement conquise. Le pitch : une cavale de trois individus délirants, paumés et qui défient toute logique. Une fable jubilatoire avec un humour absurde et plein de mélancolie désabusée. Ce film est un ovni ! A la fois noir, torturé et drôle. Avec des dialogues à l’ancienne, aux petits oignons.  C’était parfait.

Garder ce nom, ou pas ? 

J’ai fini par abandonner le milieu de la radio, je n’avais plus l’énergie suffisante pour continuer, suite à plusieurs expériences compliquées. D’autant que j’ai enchaîné avec des expériences bien plus palpitantes puisque je bossais en tant que journaliste pour le webzine Metalorgie, j’étais chargée de com de plusieurs groupes de métal de Montpellier et je faisais tourner des groupes (via le collectif Teania et ensuite l’asso Murmurlement).

Beaucoup de temps est passé, et la photo est peu à peu entré dans ma vie, à tel point que je commençais à avoir des contrats. En juillet 2010, je deviens  donc freelance en tant que photographe. Ce fut un moment où je me suis posé la question. Voilà 10 ans que j’utilisais ce nom « Buffet Froid », mais était-il adapté à cette activité ? Allait-il me desservir ? Je me suis posé la question pendant quelques mois. Et puis …

Le hasard des rencontres dont celle de Bertrand Blier

Le hasard a fait que dans cette période de réflexion, j’ai eu plusieurs échanges de personnes qui m’ont dit « tu connais une nana qui s’appelle buffet froid? ». Ils me parlaient sans le savoir de moi, ils évoquaient mes chroniques sur metalorgie, ou de mon émission radio, ou même des conversations sur des chats qui dataient de 8 – 10 ans des fois (par exemple : sur les chats de caramail ou ICQ ou AIM ou encore les channels d’IRC)…
Et cerise sur le gâteau … en automne 2010, au festival Cinemed, j’accoste Bertrand Blier qui était présent pour une conf, et je lui offre mon ouvrage Fragments d’Eve. Il voit mon nom, on en discute brièvement. Il a eu une attitude très positive.

Tous ces retours très positifs, m’ont prouvé que je pouvais être crédible en tant que Buffet Froid. Et surtout, c’était moi. C’était ma façon d’être. En plus, à l’époque tout mon entourage m’appelait « Buffette ». Peu connaissaient mon nom civil. J’ai donc juste apposé le « miss » pour arrondir un peu le côté brut, et voilà …

Plus tard, j’ai fait valider par acte notarié mon nom. Ce qui veut dire que sur mon état civil est noté à côté de mon nom de naissance : « Miss Buffet Froid ».
Voilà, vous savez tout ! 🙂

Autres « Portraits »

2018-04-23T16:37:03+00:00